10 février 2018

Les différents types de boîtes de vitesses automatiques

Sous un même vocable se cachent en fait des systèmes bien différents.

Il faut en effet différencier 3 grandes familles de boîtes dites “automatiques” :

  • la traditionnelle et la plus répandue BVA dont la fiabilité n’est plus à prouver (98% des voitures aux USA). Elle est associée à un convertisseur hydraulique et fonctionne avec un système de trains épicycloïdaux (on parle aussi de système planétaire) avec un pignon central (“pignon solaire”) qui reçoit la puissance du moteur et anime les différents pignons et engrenages disposés en satellites. C’est le verrouillage et déverrouillage des pignons (commandés par le calculateur) qui permet de passer les rapports. Les modèles les plus connus de BVA sont les Tiptronic, Septronic, 7G-Tronic, 9-G Tronic ;
  • les “robotisées” : ce sont en fait des boîtes manuelles auxquelles on a rajouté un robot permettant de passer les vitesses à la place du conducteur. C’est le cas de la boîte robotisée “simple embrayage” qui présente les même à-coups (rupture de charge) qu’une boîte manuelle. La boîte à “double embrayage” présente une nette amélioration, puisque le robot anticipe le changement de rapport : grâce au double embrayage, la boîte enclenche la vitesse supérieure. On connaît cette boîte sous l’appellation anglaise: DCT, Dual Clutch Transmission. Le modèle le plus connus est la DSG.
  • la CVT, la boîte à variation continue qui porte bien son nom puisque avec elle on supprime les passages de vitesses. Elle fonctionne avec un système de courroie et le convertisseur de couple sert d’embrayage initial, pour que le moteur puisse tourner à l’arrêt.